Marketing book Fermer

Marketing book gratuit - 245 pages

Télécharger

Merci de vous inscrire pour télécharger le document

Je crée un compte gratuit

S'inscrire OU

J'ai déjà un compte

Se connecter

BTS NRC - Management chapitre 15 : La logique managériale

BTS NRC - Management chapitre 15 : La logique managériale

Téléchargement

222 téléchargements

BTS NRC - Management chapitre 15 : La logique managriale

Extrait du document

Le management se définit comme l'« ensemble des techniques de direction, d'organisation et de gestion de l'entreprise » (cf Dictionnaire Larousse). 

 

 

Plan du document

 

  • I. Une logique de gestion au service d'un projet 

 

  • 1. L'enjeu majeur de la logique managériale 
  • 2. Les caractéristiques de la logique managériale 

 

 

  • II. Les logiques entrepreneuriale et managériale : distinctes et complémentaires 

 

  • 1. Ce qui les distingue 
  • 2. Ce qui les rend complémentaires 

 

 

  • III. L'optimisation des ressources

 

  • 1. Statut et rôle du manager 
  • 2. La démarche du manager 
  • 3. Les qualités du manager 
  • 4. Les risques encourus 

 

 

  • IV. Comment articuler les logiques entrepreneuriale et manageriale 

 

  • V. Conclusion 

 

 

 

Partie 1 : Une logique de gestion au service d'un projet 

 

1. L'enjeu majeur de la logique managériale 

 

La logique entrepreneuriale fondée sur la prise de risques se distingue de la logique managériale qui consiste, pour le manager, à optimiser les ressources qui lui permettront de réaliser et de pérenniser le projet.

 

Passé le cap de la création (ou la reprise) d’entreprise ou la création d’activités nouvelles (dans le cas d’une entreprise existante), l’entrepreneur doit assurer la continuité de l’entreprise. Il doit dépasser le stade d’une vision à court terme de la « bonne idée » génératrice de valeur, à une vision à long terme de croissance et de maintien de l’activité dans le temps.

 

 

2. Les caractéristiques de la logique managériale 

 

La logique managériale s’appuie sur l’attribution de ressources qui doivent être gérées de manière rationnelle. Le manager doit adapter, à court terme, les moyens qui lui sont confiés, de manière à atteindre les objectifs fixés à moyen et long termes, tout en tenant compte des contraintes de l’environnement.

 

Appliquée aux grandes entreprises, la logique managériale se caractérise par une délégation de (ou des) entrepreneur(s) au manager, c’est-à-dire au dirigeant de la gestion de l’entreprise. Ce dernier a pour mission globale de dégager de nouveaux profits grâce au développement de la performance de l’entreprise.

 

Pour cela, le manager planifie, délègue, structure, coordonne, formalise, optimise une organisation dans laquelle les rôles de chacun sont bien déterminés, dans le respect du cadre général défini par l’entreprise et prenant en compte toute la complexité de l’environnement.

 

 

 

 

Partie 2 : Les logiques entrepreneuriale et managériale : distinctes et complémentaires 

 

1. Ce qui les distingue 

La logique entrepreneuriale résulte d’un état d’esprit de l’entrepreneur qui fait appel à sa créativité, détient une idée nouvelle et prend le risque de l’initier, en mettant en jeu, le plus souvent ses propres capitaux.

 

La logique managériale résulte de l’exploitation adaptée de l’idée de l’entrepreneur par la mise en œuvre, par le manager, de ressources (budget, ressources humaines…) dans le but de faire durer le profit sur un long terme.

 

 

2. Ce qui les rend complémentaires 

 

Des compétences différentes sont mobilisées en fonction d’étapes clés dans le développement des activités et la croissance de l’entreprise. C’est la somme de ces compétences qui participent à la réussite du projet de l’entreprise.

 

L’entrepreneur doit, à un moment donné, rentrer dans une logique managériale, c’est-à-dire une logique de gestion, pour pouvoir pérenniser son projet.

 

En retour, le manager doit développer un esprit entrepreneurial, c’est-à-dire une logique d’innovation, pour pouvoir s’adapter continuellement aux évolutions de l’environnement de l’entreprise.

 

C’est donc bien la complémentarité de ces deux logiques qui permet d’atteindre les objectifs et de faire croître le projet.

 

 

 

la logique managériale

 

 

 

Partie 3 : L'optimisation des ressources 

 

1. Statut et rôle du manager 

 

 

➜ RETROUVEZ CETTE PARTIE SUR LE DOCUMENT A TELECHARGER GRATUITEMENT

 

 

2. La démarche du manager 

 

Les principales tâches dévolues au manager contribuent à réaliser les objectifs généraux définis par l’entreprise.

Pour cela, la première démarche du manager va consister à décliner de manière précise les objectifs dits opérationnels, c’est-à-dire choisir des axes stratégiques et les rendre concrets, quantifiables, mesurables et planifiés dans le temps en fonction des résultats envisagés.

 

Selon la stratégie de l’entreprise, les objectifs fixés peuvent être de plusieurs natures ; par exemple :

 

  • Assurer x % de croissance dans un délai de 3 ans.
  • Accentuer le développement de tel segment de marchés plutôt que tel autre.
  • Augmenter de x % la rentabilité de tel produit.
  • Etc…

 

➜ RETROUVEZ LA SUITE DE CETTE PARTIE SUR LE DOCUMENT A TELECHARGER GRATUITEMENT

 

 

 

3. Les qualités du manager 

 

 

➜ RETROUVEZ CETTE PARTIE SUR LE DOCUMENT A TELECHARGER GRATUITEMENT

 

 

 

4. Les risques encourus 

 

Le manager doit adopter une position de faire-valoir des intérêts de l’entreprise. Toute démarche de sa part qui viserait à mettre au premier plan des intérêts personnels pourrait devenir préjudiciable à l’entreprise. Celle-ci pourrait être mise en difficulté par exemple, par des choix stratégiques de développement non concertés avec l’entrepreneur qui se révèleraient mal appropriés. Au contraire, un manque d’initiatives ou d’ouverture à l’innovation pourrait freiner la croissance de l’entreprise et la rendre moins compétitive au regard de la concurrence.

La posture de manager ne peut pas être guidée essentiellement par la soif de pouvoir et d’une carrière prestigieuse.

 

 

 

Partie 4 : Comment articuler les logiques entrepreunariale et managériale ?

 

Cette articulation rejoint la notion d’intrapreneuriat, évoqué dans le chapitre précédent. Pour stimuler l’innovation, certaines entreprises n’hésitent pas à valoriser la prise d’initiatives de ses managers et collaborateurs.

 

 

 

Partie 5 : Conclusion 

 

Un bon entrepreneur n’est pas instinctivement un bon manager.

Un bon manager n’a pas forcément l’esprit entrepreneur.

TOUS LES COURS DU BTS NRC

Donne ton avis !

Rédiger votre avis

(50) Valider
Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de digiSchool marketing le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Les avis sur ce document

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

30575 messages 111466 réponses