Marketing book Fermer

Marketing book gratuit - 245 pages

Télécharger

Merci de vous inscrire pour télécharger le document

Je crée un compte gratuit

S'inscrire OU

J'ai déjà un compte

Se connecter

Le principe du drive

1 Avis > Donne ton avis

Le principe du drive

Téléchargement

1497 téléchargements

Le principe du drive

Extrait du document

 

Les différents modèles de drive

 

 

Depuis la création du drive, on s’aperçoit que trois modèles drive cohabitent dans la grande distribution, l’avenir nous dira si les trois modèles arriverons à durer. Sans doute pas car quand la phase de maturité du drive arrivera ,avec les clients qui seront de plus en plus exigeants, les approximations qui durent ne seront pas suffisantes pour la satisfaction de consommateur. En effet chaque modèle a ses avantages et ses inconvénients que nous allons voir décrire. 

 

 

 

 

L’entrepôt accolé

 

 

Il a pour principe d’avoir un entrepôt qui est accolé a un point de vente. Ce drive bénéficie de ses propres réserves et il est indépendant du magasin, dans son fonctionnement comme pour les commandes. Il est la pour augmenter la taille de la zone de chalandise en apportant des clients nouveaux qui ne sont pas forcements  clients du point de vente.

 

Il a pour avantage de ne pas avoir de caisses, ni de rayons ce qui évitent d’avoir beaucoup de frais de personnel, de nettoyage ou de déco important. Il a toutes les références qui sont géolocalisées ce qui permet d’avoir une efficacité maximale garantie et un temps de préparation des commandes réduits au  maximum.

 

Le drive accolé a deux gros problèmes, le premier est son coût qui est très onéreux, entre 2 et 4 millions d’euros (source : LSA du 20 octobre 2011) et une offre qui est plus faible que pour un entrepôt accolé à un magasin. L’offre se situe entre 5000 et 6000 produits référencés, cela est dut surtout au manque de place de l’entrepôt.Les principaux acteurs sont Auchan et Leclerc.

 

 

Le drive Solo

 

 

Il a pour principe d’avoir un entrepôt de 4000 à 5000 m² environ, dont 200 m² pour le bâti et le reste pour tout ce qui concerne les voiries. L’emplacement est primordial pour les drives solos car il faut qu’il soit prés des flux de circulation pour capter le plus de flux de voiture possible et à proximité des enseignes concurrentes pour conquérir des parts de marché supplémentaires. 

 

Il a pour avantage d’être un outil offensif important, comme il est posé dans des zones stratégiques, il bénéficie donc de cet emplacement pour conquérir des nouveaux clients et ainsi conquérir des nouvelles parts de marché. De plus il ne cannibale pas le point de ventes au quel il aurait pu être accolé, donc pas de concurrence interne.

 

Le drive solo a deux gros problèmes qui sont les mêmes que ceux du drive accolé, le premier est son coût qui est très onéreux, entre 2 et 4 millions d’euros et une offre qui est plus faible que pour un entrepôt accolé à un magasin. L’offre se situe entre 5000 et 6000 produits référencés, cela est dut surtout au manque de place de l’entrepôt.

 

Les principaux acteurs qui utilisent ce modèle de drive sont principalement Leclerc et Auchan avec les Chronodrives mais d’autres concurrents comme Carrefour ou Casino commencent à s’implanter avec ce modèle.

 

 

Le picking magasin

 

 

Il a pour principe d’aller piocher dans chaque rayon du point de vente les produits commandés par le cyberconsommateur. Il a quelques bornes et places réservées à côté d’un point de vente.

 

Il a pour point fort d’être peu onéreux entre 150 000 et 300 000 euros en fonction des infrastructures du point de vente, d’ailleurs il dispose d’une souplesse d’installation assez facile car il suffit d’avoir 100 à 300 m² d’espace pour les infrastructures. Il y a une facilité d’organisation des équipes car elles travaillent soit en magasin ou au drive en fonction des besoins des commandes.

 

Il a surtout une offre qui est optimale car elle dispose du potentielle de la totalité du point de ventes. Par contre son gros point fort peu devenir aussi sa principale faiblesse car s’il dispose de l’ensemble de l’offre du point de vente, il crée aussi des grosses ruptures de stocks, ce qui fait que le modèle quand il atteint un certain seuil, est complètement ingérable car l’offre n’existe plus. 

 

Les principaux acteurs sont les Systémes U, les Casinos, les Intermarchés et les Coras. On s’aperçoit aussi que ce modèle est utilisé par les grandes surfaces spécialisées non-alimentaires. On peut voir que Joué Club a équipé 10 magasins avec ce modèle, tout comme L’Entrepôt du Bricolage qui vient de finir l’installation du concept dans 16 magasins. De plus il existe surtout a l’étranger car des enseignes comme Toy’R’Us, Clarks ou encore Mother Care l’utilisent depuis déjà quelque temps.

 

 

Comment ouvrir un Drive

 

 

Les quatre grandes phases de montage d'un drive accolé au magasin sont : administratives, technique, humaine et publicitaire doivent être dûment anticipées pour être opérationnel le jour J.Dès lors qu'un distributeur  décide d'accoler un drive à son magasin, l'affaire ne doit pas traîner.

 

« La prime va toujours au premier arrivant dans une zone, car les clients demeurent ensuite très fidèles », souligne Arnaud Izambard, adhérent ecommerce d'Intermarché chargé du développement du drive.. C'est dire si les quatre grands dossiers de montage d'un drive avec la partie administratif et  le permis de construire ; la technique avec la maîtrise d'œuvre ; humain avec le recrutement de l’équipe ; et publicitaire avec la campagne d'ouverture doivent être menés le plus promptement possible.

 

 

Dans une première étape, le plus important est de monter un dossier à peu prés dix mois à l’avance avant l’ouverture. Le permis de construire n’est pas obligatoire, dans la mesure où le drive n’accroit pas significativement la surface de vente, et s’il concerne surtout l’entreposage, le drive accolé ne nécessite pas d’autorisation  de la commission d’aménagement commercial. En contre partie, les travaux pour édifier l’auvent modifient le bâtiment et exigent alors la nécessite d’avoir un permis de construire.

 

 

Dans une deuxième étape, il faut compter deux à quatre mois de travaux, selon l’importance du chantier. En plus de l’incontournable auvent qui ménage un espace de retrait signalé, il faut qu’il soit bien entendu bien éclairé et abrité. Il faut aussi prévoir en fonction de la taille et du rayonnement du magasin, plusieurs places de stationnement avec autant de bornes. De plus il faut que la voirie délimite un circuit d’accès fléché, fonctionnel et sécurisé.

 

 

Dans une troisième étape, il faut commencer le recrutement de son équipe drive. Pour cela, il faut lancer le recrutement 6 mois à l’avance pour recruter, trois préparateurs de commandes au minimum, avec aussi les employés en extra pour les fins de semaine. Parmi les missions clés il faut préparer le fichier de références des produits à partir de la base de données de la centrale et organiser un parcours type afin d’optimiser le picking.

 

 

Dans la dernière étape, il faut faire la communication sur l’ouverture prochaine d’un drive. Il faut la démarrer dans la quinzaine de jours précédant l’ouverture du drive. une vraie batterie multimédia qui doit associer publicité dans la presse locale, radio, prospectus, affichage et promotion dans le point de vente. Et surtout l’e-mailing dans la zone géographique concernée.

 

 

 

Plan du document

 

 

  • Introduction
  • I.Présentation modele de drive
  • A. Définition du drive
  • B. Les différents modèles de drive
  • C. Comment ouvrir un drive
  • D. Le drive dans la roue de la grande distribution
  • E. Le drive et la mobilité de ses consommateurs
  • II. Les facteurs clés de succès du service drive
  • A. comment le drive identifie et comprends les motivations des cyberacheteurs
  • B. Développer une livraison hors domicile efficiente et efficace
  • C. Implanter des drives défensifs et des drives offensifs
  • D. Disposer d’une offre diversifiée de services créateurs de valeur pour les clients comme pour l’entreprise
  • E. exploiter les avantages de la multicanalité
  • III. Les principaux drives alimentaires en France
  • A. Déployer une stratégie combinée de défense et de conquête de parts de marché
  • B. Associer stratégie de développement et logistique amont
  • C. Capter l’attractivité d’un magasin ou d’une zone géographique
  • D.Garantir un service et un accueil de qualité
  • E. Développer un e-commerce adapté
  • F. Cannibalisation sur le point de vente
  • IV. étude de cas Auchan drive
  • A. Auchan drive, comment ça marche ?
  • B. Auchan drive et ses concurrents
  • C. le groupe Auchan
  • D. Positionnement stratégique
  • E. Les nouveaux secteurs dans lesquels investir
  • F. La chaîne de valeurs
  • G. Le mix marketing
  • H. Les forces
  • I. Les faiblesses
  • J. Opportunités
  • K. Menaces
  • L. La logistique et les moyens techniques employés par Auchan drive
  • M. Le réseau de distribution
  • N. Originalité de l’offre
  • O. Prix
  • P. Produits
  • Q. Distribution
  • R. Communication
  • S. Promotion
  • Conclusion
  •  

    Donne ton avis !

    Rédiger votre avis

    (50) Valider
    Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de digiSchool marketing le validera.
    Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
    Vous devez donner une note pour valider votre avis.

    Les avis sur ce document

    sougnamien

    trop bon il peut faire mieux c'est un exemple a suivre

    par - le 03/12/2016

    Questions / Réponses

    EN DIRECT DES FORUMS

    30586 messages 111479 réponses