Marketing book Fermer

Marketing book gratuit - 245 pages

Télécharger

Merci de vous inscrire pour télécharger le document

Je crée un compte gratuit

S'inscrire OU

J'ai déjà un compte

Se connecter

BTS - Français Chapitre 41 - Le merveilleux

BTS - Français Chapitre 41 - Le merveilleux

Téléchargement

42 téléchargements

BTS - Franais Chapitre  41 - Le merveilleux

Extrait du document

 

Plan du cours : 

 

I. Introduction à la notion

 

II. Les merveilleux et les contes de fées

 

III. Les personnages merveilleux

 

IV. Les objets magiques

 

1) La baguette magique

2) Le livre ou le grimoire

3) Le chaudron magique

4) L'épée

 

 V. Les objets symboles du merveilleux chez C. Perrault

 

 VI. Les lieux merveilleux

 

VII. La valeur du temps dans le merveilleux

 

VIII. Différences fantastique/merveilleux

 

IX. Le merveilleux chez les surréalistes

 

X. L'extraordinaire à travers le merveilleux

 

1) Introduction à la notion

2) Le merveilleux et les contes de fées

 

XI. Les personnages merveilleux

 

 

 

I. Introduction à la notion

 

Le merveilleux se définit par le caractère de ce qui appartient au surnaturel, au monde de la magie, de la féerie. Étymologiquement, le merveilleux est un effet littéraire provoquant chez le lecteur (ou le spectateur) une impression mêlée de surprise et d’admiration.

 

 

 

 

II. Le merveilleux et les contes de fées

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

 

III. Les personnages merveilleux

 

Au sommet de la hiérarchie des personnages merveilleux se trouve la fée. Celle-ci se définit comme un être imaginaire, de sexe féminin, doué d’un pouvoir surnaturel. Son moyen de locomotion ou le lieu où nous la retrouvons sont aussi marqués par l’intervention du surnaturel. Assise dans une coquille de perle (La chatte blanche de Marie-Catherine d’Aulnoy), tirée par des coqs d’Inde (Le nain jaune de Marie-Catherine d’Aulnoy aussi), chevauchant des nuages, des globes de feu ou de somptueux équipages, elle se rend d’un lieu à un autre à la vitesse de l’éclair ou plus vite que l’air. Nous retrouvons aussi des Lutins des Bois, des Nains, des Licornes, des Elfes...

 

Cependant, ces personnages varient peu : la plupart des héros n’ont pas de noms propres (Le Petit Poucet, Barbe Bleue, Riquet à la Houppe), un accessoire (Cendrillon) ou un vêtement (Peau d’âne, Le petit Chaperon Rouge, Le Chat Botté). Nous pouvons aussi les caractériser par leur titre, leur fonction sociale ou leur situation familiale.

 

 

 

 

IV. Les objets magiques

 

1. La baguette magique

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

2. Le livre ou le grimoire

 

Il permet de lire l’avenir, possède des pages enchantées, contient des secrets d’alchimistes ou d’anciens mages. Nous pouvons parler du grimoire d’Arkandias qui est le premier tome de la trilogie d’Arkandias de l’écrivain français Éric Boisset. Ce grimoire est découvert par Théo, un enfant qui adore lire, dans une bibliothèque et s’intitule Leçons pratiques de magie rouge, duquel tombe une note indiquant « Comment devenir invisible par A. Arkandias ».

 

 

 

 

3. Le chaudron magique

  

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

4. L’épée

 

Deux épées sont célèbres aujourd’hui : Excalibur et Durandal. L’épée Excalibur est une épée extraordinaire de la légende des Chevaliers de la Table ronde, de la conquête du Graal, de Merlin l’enchanteur, des fées de la forêt de Brocéliande et du roi Arthur qui réussit à sortir l’épée prise dans la roche, que seul un futur roi pouvait sortir. Nous avons aussi celle du nom de Durandal, c’est l’épée de Roland de Roncevaux, neveu de Charlemagne, qui réussit, grâce à ses grands pouvoirs, à retenir les forces sarrasines qui tentaient de vaincre les armées Chrétiennes.

 

 

 

 

V. Les objets symboles du merveilleux chez C. Perrault

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

 

 

VI. Les lieux merveilleux

 

Nous retrouvons souvent trois lieux merveilleux : les bois ou la forêt, le château, et la fontaine. « Promenons-nous dans les bois... », cette phrase raisonne comme une invitation au merveilleux. La forêt apparaît souvent comme l’incarnation de la nature à l’état sauvage. Elle est le lieu de l’épreuve et de l’aventure. Elle est le lieu de rencontres magiques avec des animaux dangereux ou des êtres mystérieux qui engagent une épreuve physique avec l’homme.

 

La forêt est un élément important du conte La belle au bois dormant car c’est elle qui va permettre de protéger le sommeil de la princesse pendant cent ans.

 

Le château est celui qui attire le roi du Chat Botté et où se terminent Cendrillon et Peau d’Ane.

 

La fontaine, elle, se retrouve dans Les fées toujours de C. Perrault.

 

 

 

 

VII. La valeur du temps dans le merveilleux

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

 

 

VIII. Différences fantastique/merveilleux

 

Le fantastique est le genre dans lequel quelque chose de surnaturel semble apparaître dans un monde réel. Il est différent du merveilleux car il y a toujours avec ce genre une hésitation entre le surnaturel et le naturel, le possible et l’impossible et parfois entre le logique et l’illogique. C’est le genre de l’étrange et de l’inquiétant car nous sommes toujours dans le doute, nous ne pouvons pas comprendre totalement ce qui se passe et nous n’aurons pas toutes les réponses.

 

De plus, ce genre relate des événements le plus souvent irrationnels ou inexplicables comme l’apparition de doubles, de fantômes, de spectres ou de revenants...

 

Comme films fantastiques, nous pouvons citer : Edward aux mains d’argent de Tim Burton et Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki, produit par le studio Ghibli.

 

Edward aux mains d’argent de Tim Burton raconte l’histoire d’un jeune homme, Edward, créé par un inventeur vivant seul dans un sombre château perché sur une colline mais resté inachevé et qui a des ciseaux aux lames extrêmement acérées à la place des mains. Ce dernier va être recueilli par Peg Boggs, une représentante en cosmétiques, et tombe amoureux de sa fille aînée Kim, alors que les habitants de la banlieue résidentielle où il vit désormais l’accueillent d’abord chaleureusement avant de se retourner contre lui. Les membres de la famille Boggs vont rester les seuls à le soutenir même s’ils sont eux-aussi mis à l’écart. Un soir de Noël, Edward va créer une sculpture de glace, provoquant ainsi un effet de neige qui tombe du ciel.

 

Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki narre l’histoire de Totoro. Il s’agit d’un esprit de la forêt qui serait âgé de 3.000 ans. Ces esprits ne sont pas visibles, ni audibles par les adultes.

 

Le fantastique peut être aussi représenté par des œuvres telles que Le Horla de G. Maupassant ou encore certaines œuvres de Jules Verne comme Le château des Carpathes.

 

Le merveilleux, lui, est le genre de la magie, de la féerie, du surnaturel. A la différence du fantastique, il n’y a pas, dans le merveilleux, d’hésitation ou de doute. Dès le départ, nous sommes plongés dans un monde où tout est possible sans explication scientifique. Dans le merveilleux, des choses extraordinaires se passent et c’est normal. Ainsi, dans Le seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien, personne ne s’étonne de l’existence des elfes. Ce roman nous amène à la fantasy, qui est l’incarnation contemporaine du merveilleux. Ce genre littéraire est récent et s’est développé dans les années 1970. Nous retrouvons aussi ce genre dans Les chroniques de Narnia de C.S Lewis et dans Harry Potter de J.K. Rowling.

 

En conclusion, nous pouvons donc dire que le fantastique se situe dans notre réalité mais comporte une dimension inexplicable, et que le merveilleux fait allusion à des mondes magiques.

 

 

 

 

IX. Le merveilleux chez les surréalistes

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

 

X. L’extraordinaire à travers le merveilleux

 

1. Introduction à la notion

 

Le merveilleux se définit par le caractère de ce qui appartient au surnaturel, au monde de la magie, de la féerie. Étymologiquement, le merveilleux est un effet littéraire provoquant chez le lecteur (ou le spectateur) une impression mêlée de surprise et d’admiration.

 

 

 

2. Le merveilleux et les contes de fées

 

Télécharger le document pour voir cette partie

 

 

 

 

 

 

XI. Les personnages merveilleux

 

Au sommet de la hiérarchie des personnages merveilleux se trouve la fée. Celle-ci se définit comme un être imaginaire, de sexe féminin, doué d’un pouvoir surnaturel. Son moyen de locomotion ou le lieu où nous la retrouvons sont aussi marqués par l’intervention du surnaturel. Assise dans une coquille de perle (La chatte blanche de Marie-Catherine d’Aulnoy), tirée par des coqs d’Inde (Le nain jaune de Marie-Catherine d’Aulnoy aussi), chevauchant des nuages, des globes de feu ou de somptueux équipages, elle se rend d’un lieu à un autre à la vitesse de l’éclair ou plus vite que l’air. Nous retrouvons aussi des Lutins des Bois, des Nains, des Licornes, des Elfes...

 

Cependant, ces personnages varient peu : la plupart des héros n’ont pas de noms propres (Le Petit Poucet, Barbe Bleue, Riquet à la Houppe), un accessoire (Cendrillon) ou un vêtement (Peau d’âne, Le petit Chaperon Rouge, Le Chat Botté). Nous pouvons aussi les caractériser par leur titre, leur fonction sociale ou leur situation familiale.

 

 

TOUS LES COURS DU BTS NRC

 

TOUS LES COURS DU BTS MUC

 

TOUS LES COURS DU BTS CI

 

TOUS LES COURS DU BTS COM

 

Donne ton avis !

Rédiger votre avis

(50) Valider
Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de digiSchool marketing le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Les avis sur ce document

Questions / Réponses

EN DIRECT DES FORUMS

30577 messages 111469 réponses